Présentation de la note technique des PTF lors de la clôture des travaux de la réunion du Comité Technique National de Santé (CTNS) tenue du 14 au 17 janvier 2020 au palais de congrès de Niamey

Présentation de la note technique des PTF  lors de la clôture des travaux de la réunion du  Comité Technique National de Santé (CTNS) tenue du 14 au 17 janvier 2020 au palais de congrès de Niamey

Lors de la clôture des travaux du CTNS,   une présentation de la note technique des PTF  a été faite par  le chef de file des partenaires Techniques et Financiers.

Le Chef de File dira en substance :« Au cours du CTNS, chaque région et ensuite le niveau central ont montré leurs contributions aux différents programmes du PDS. Nous avons entendu tellement de choses intéressantes et prometteuses. Est-il possible de vous demander maintenant de préparer les présentations, qui vont être partagées au CNS, sur base de ces programmes budgétaires et des priorités que chacun de ces programmes porte.

Ces présentations pourraient partir des activités réalisées pour montrer les produits atteints illustrés par des indicateurs, et ensuite les effets atteints, également illustrés avec des indicateurs.  Elles pourraient faire un point sur  l’efficacité et l’efficience de ces réformes, en passant par les difficultés rencontrées ou au contraire les opportunités, pour terminer par ce qui est prévu de faire en 2020 et avec quel budget.

Par exemple, le programme gouvernance est porteur 

  • de la réforme du financement de la santé,
  • De la réforme de l’information sanitaire et de la e-santé,
  • de la réforme du budget-programme relatif à la planification et au suivi-évalution y compris le pilotage conjoint de la mise en œuvre du PDS.

Le programme accès aux soins et services de santé est porteur

  • de la priorité de rendre disponible partout et en tous temps les produits de santé de qualité,
  • de la priorité de la maintenance et de la gestion des déchets pour ne pointer que ces deux réformes en sachant que ce programme est responsable d’autres chantiers tout aussi importants.

Enfin le programme prestations des soins et services de qualité est porteur d’au moins trois réformes centrales pour le MSP,

  • la transition humanitaire-développement pour la prise en charge de la malnutrition,
  • l’offre de services et de soins pour améliorer la santé reproductive, de la mère, du nouveau-né, de l’enfant et de l’adolescent, et enfin
  • la troisième réforme relative à la mise en œuvre de la stratégie de la santé communautaire et la valorisation des relais communautaire.

Ce programme porte aussi la raison d’être du MSP, la prise en charge de toutes les souffrances et maladies transmissibles, non transmissibles et tropicales négligées.

Je reprendrai maintenant quelques aspects sur lesquels nous aimerions faire le point avec vous lors du CNS.

Au titre de la réforme du financement de la santé, il pourrait être question de présenter le chantier de la Couverture Santé Universelle au Niger :

  • qu’avons-nous fait pour améliorer l’accessibilité financière et géographique aux services et soins de santé aujourd’hui pour le patient nigérien ?
  • Est-ce que la couverture en Hôpitaux de districts et en blocs opératoires n’impacte pas nos ambitions d’accès universel ?
  • Comment faire mieux ? Comment comptons-nous nous y prendre l’année prochaine ?

Pour l’accessibilité financière, le MSP a travaillé sur trois chantiers prometteurs qu’il serait intéressant de présenter :

  • le plan stratégique CSU,
  • la refonte de la gratuité où il ne doit pas être question de simplement présenter la somme des factures de la gratuité impayées mais où il faut décider ensemble d’aborder la réalité pour arrêter de cumuler des chiffres sans bouger.
  • des mécanismes de financement basé sur les résultats orientés assurance maladie universelle ; ces deux derniers points pouvant conduire à la mise en place d’une agence de tiers payant.

Pour l’information sanitaire et la e-santé, nous avons bien entendu tous les efforts qui ont été faits et qui vont se poursuivre en 2020 pour améliorer la connectivité et la disponibilité du hart. Mais,

  • qu’est ce qui va être fait pour rendre la plateforme DHIS-2 accessible à travers la mise à disposition de clés d’accès pour visualiser les données ?
  • Est-il possible de regarder ensemble si le monitorage décentralisé s’améliore ? 
  • Est-ce que les formations des Equipes Cadre de District et Agents de Santé sont suffisantes ?
  • Est-ce que les sorties mobiles sont réalisées en quantité et en qualité telles, qu’au final, chaque structure utilise ses données pour la planification et la gestion des soins ?

Voici quelques questions qui pourraient être débattues dans cette présentation.

Maintenant par rapport à la réforme  des finances publiques :

  • Où en est le MSP par rapport à la réforme des finances publiques ?
  • Quel est le bilan de la fermeture des comptes projets et du recouvrement des coûts ?
  • Quels sont les montants encore à recouvrer ?
  • Quelles ont été les actions efficaces ?
  • Quelles seraient encore les actions à mener ?
  • Quelles sont les leçons apprises par l’application du cycle de planification-budgétisation voulu par la réforme du budget-programme?
  • Est-ce que l’application de ce cycle au financement des PTF ne permettrait-il pas de valider les PAA bien à temps ?

Le Niger s’est engagé dans l’approche Global Financing Facility. Il serait intéressant de présenter ce que cette approche implique comme changements en termes

  • de pilotage conjoint de la mise en œuvre du PDS, (efficacité et efficience des organes de pilotage ?)
  • de planification conjointe Etat – PTF basée sur les priorités et rationalisation des activités à financer
  • et de nécessité d’une redevabilité accrue à tous les niveaux.

La recommandation qui a été faite de revoir les canevas des présentations au CTNS entre dans cette approche ‘vers plus de redevabilité’. Nous pensons que le comité technique ‘gouvernance’ pourrait être chargé de ce travail et les PTF s’engagent d’ailleurs à y travailler avec le MSP. Ce comité pourrait aussi

  • préparer les analyses relatives aux décaissements des PTF et
  • documenter les indicateurs du Guide de Suivi Evaluation relatifs au COMPACT.

Une présentation globale sur la gestion des ressources en comparant les données aux années antérieurs et aux normes attendues, et qui montrerait également ce qui a été acquis au cours de l’année et éventuellement perdu (démissions, retraites, mise en disponibilité, etc pour les RH, perte, vol, détérioration, etc pour le matériel) apporterait sans doute des informations pertinentes sur les gaps à combler et les interventions de maintenance prioritaires à programmer.

Le médicament étant une ressource particulière, cette présentation pourrait montrer ce qui a marché pour diminuer les ruptures en médicaments essentiels, un des piliers de l’offre de soins de qualité, et ce que le MSP compte faire concrètement pour piloter la distribution au dernier kilomètre jusqu’au niveau communautaire. Le pont pourrait être fait avec l’offre de soin en charge de  renforcer le dispositif de supervision des Relais Communautaires. Il est intéressant aussi de montrer ce qui a été fait pour n’avoir dorénavant qu’une chaine unique d’approvisionnement. A ce propos, il faut parler de ce qui n’est pas encore intégrer et envisager les solutions.

Une présentation globale sur Santé de la reproduction, de la mère, du nouveau-né, de l’enfant, de l’adolescent et de la nutrition (SRMNEA-N) parlera tout à la fois

  • de la santé de la reproduction,
  • de la planification familiale,
  • des droits sexuels et reproductifs,
  • de la mortalité maternelle en exploitant les analyses des décès maternels,
  • des indicateurs relatifs à la santé du nouveau-né, de l’enfant et de l’adolescent tout en les analysant.

Nous nous attendrions qu’elle fasse aussi cette analyse de triangulation entre la disponibilité des vaccins, les campagnes de vaccination et finalement les taux de prévalence des maladies ciblées par ces vaccinations. Elle pourrait faire le point également sur le financement des vaccins :

  • Quels sont les besoins ?
  • Que faisons-nous pour assurer ce financement ?
  • Que faisons-nous pour assurer un pré positionnement des vaccins pour la riposte aux épidémies de rougeole ?

La présentation pourrait aussi aborder le sujet du renforcement du suivi régulier de la gestion des vaccins à tous les niveaux.

Evidemment que cette présentation devrait présenter tous les aspects ‘nutrition’ : quelles sont les résultats, les difficultés et des décisions prises ? Par exemple, un grand nombre de personnel continue à être pris en charge par les PTF dans les CRENI  et CRENAM,  574 personnes qualifiées et non qualifiées plus précisément, qui coûtent 1,3 millions de dollars américains par an pour les qualifiés et 90 milles USD pour les non qualifiés. Ceci se trouve dans la feuille de route pour la transition de la prise en charge de la PCIMA par l’Etat. Est-ce que cela a été couvert ?

La priorité que le MSP veut donner à la santé communautaire pourrait aussi être présentée au CNS. Le MSP pourrait y démontrer comment il compte s’y prendre pour

  • assurer son leadership pour la mise en œuvre des stratégies retenues dans le plan stratégique santé communautaire et
  • finaliser les procédures pour le paiement de la motivation des relais en tenant compte de la contribution de l’Etat central et des collectivités locales.

En particulier le MSP pourrait expliquer comment il compte renforcer son système de récupération des perdus de vue pour la Vaccination à travers les relais communautaires.

En lien avec la santé communautaire, des points sur la décentralisation pourraient être présentés et analysés, dont, par exemple, les risques pour l’autonomie financière des formations sanitaires liés à la création de comptes uniques au niveau des communes. Des propositions alternatives émanant du terrain parlant de dynamiser des intercommunales, seul niveau décentralisé pouvant s’adresser à un district de santé tout entier, pourraient être partagées.

Pour finir avec les présentations, comme le MSP a l’habitude de le faire, une présentation sur le profil sanitaire de la population du Niger pourrait montrer en une fois les données par région en les comparants aux cibles. Les données de la Surveillance épidémiologique et celles des programmes verticaux gagneraient à être présentées ensemble ».

La DAID/RP Ministère de la Santé Publique