Élimination de la transmission de l’onchocercose ou cécité des rivières au Niger Une première africaine : le Niger est le premier pays d’Afrique à déclarer l’élimination de l’onchocercose

Élimination de la transmission de l’onchocercose ou cécité des rivières au Niger
Une première africaine : le Niger est le premier pays d’Afrique à déclarer l’élimination de l’onchocercose

Étape majeure franchie par l’équipe nationale de lutte contre l’onchocercose au Niger,
une fierté Nationale et africaine

Après les travaux sa réunion tenue à Niamey  du 25 au 26 août 2021, le Comité consultatif des experts  pour l’élimination de l’onchocercose a informé le ministre de la Santé publique de la Population et des Affaires Sociales  que le Programme National de lutte contre  l’onchocercose a atteint avec succès son objectif d’interrompre définitivement la transmission de cette importante infection dermatologique et oculaire au Niger.

 

 

 

 

Cette réalisation du Programme nigérien en charge de la lutte contre cette infestation parasitaire est non seulement un succès majeur pour le Niger mais également une réussite pour le continent africain car  étant le premier pays d’endémie de l’onchocercose en Afrique à atteindre cet  important objectif programmatique,

Il s’agit d’une réalisation majeure qui contribue de manière  significative aux objectifs de développement durable des Nations Unies et aux cibles de la feuille de route MTN de l’Organisation mondiale de la santé.

L’onchocercose, est une infection causée par un ver filaire qui provoque la cécité, une défiguration de la peau, des démangeaisons intolérables, tant de contraintes  inquiétantes qui ont éloigné les gens des terres fertiles car le vecteur qui est une petite  mouche noire appelée simulie    se reproduit dans les rivières qui arrosent ces terres  agricoles. .

En 1976, quelque 500 000 personnes au Niger étaient infectées ou du moins risquaient de l’être. En 2002, l’onchocercose n’était plus un problème de santé publique mais le risque demeurait présent .Maintenant    vingt ans plus tard, tous ceux qui vivent dans les zones précédemment touchées peuvent vivre sans craindre d’être infectés et de souffrir des effets terribles de cette maladie. Les personnes et  leurs enfants ne connaîtront jamais la maladie et l’infection. Ce succès est venu après une longue lutte contre cette maladie qui a commencé il y a plus  de 40 ans avec un Programme Africain de  lutte contre la mouche noire dans 11 pays de l’Afrique de l’Ouest dont le Niger.

 

 

 

 

 

 

Bien que le Niger a vaincu cette maladie par la seule lutte antivectoriellle, les malades dépistés étaient traité cas par cas dès 1987 grâce à un don d’ivermectine,offert par Merck & Co. Il s’agit d’un médicament antiparasitaire qui a fait ses preuves dans la lutte contre cette maladie. Du fait de la coendémicité avec la filariose lymphatique, cette molécule a été aussi utilisé en traitement de masse dans les districts jadis endémiques de l’onchocercose.

 

 

 

 

Ce sont près de deux millions de personnes qui recevaient régulièrement et gratuitement ce médicament d’efficacité connue. . Cette distribution de masse a été conduite avec succès grâce au programme, des centaines d’agent de santé des régions de Dosso et Tillabéri , des districts sanitaires de Téra, Bankilaré , Gotheye, Say,Torodi, Kollo, Boboye, Falmeye, Dioundiou,,Gaya et enfin des milliers de distributeurs communautaires en collaboration avec les communautés infectées.

Les résultats de ce dernières années ont été obtenu grâce à l’appui technique et financier programme Reaching the Last Mile de The End Fund (un héritage du prince héritier d’Abou Dhabi), ainsi que par l’USAID, l’OMS, Hellên Keller Intl, et bien autres partenaires.

Cette décision du comité consultatif d’experts du Niger déclenche une séquence d’événements qui, on l’espère et on s’y attend, conduira à la déclaration formelle du Niger comme étant exempt de transmission de l’onchocercose par l’Organisation mondiale de la santé. Ces mesures officielles sont celles que quatre pays, tous d’Amérique latine, ont déjà suivies lorsqu’ils ont tous réussi à éliminer la transmission de cette infection, et il est pleinement attendu que le Niger devienne le cinquième pays au monde à atteindre ce statut important, et comme dit plus haut, le premier en Afrique.
Heading:

River Blindness (Onchocerciasis) transmission eliminated in Niger
An African first: Niger the first country in Africa to declare elimination of onchocerciasis

Major step achieved by Niger National Onchocerciasis team

Text:
At a meeting held in Niamey on August 26th the Niger Onchocerciasis Expert Advisory Committee advised the Minister of Health (? Ministry of Health) that the national onchocerciasis elimination program has successfully achieved their target of permanently interrupting the transmission of this important dermatological and ocular infection in Niger. This achievement by Dr Salissou Adamou and his team is not only a major success for Niger but, as this is the first onchocerciasis endemic country in Africa to reach this major programmatic goal , is also major success for the continent of Africa. It is a major achievement that contributes in a major way to the Sustainable Development Goals of the United Nations and to the targets of the World Health Organisation’s NTD Road Map.

Onchocerciasis, is an infection caused by a filarial worm causes blindness, skin disfiguration and intolerable itching, disturbing conditions that have driven people away from the valuable fertile lands as the black flies vector that transmits this parasitic infection breed in the rivers that water these farming areas. In 2000 some xxx,xxx people in Niger were infected or at least a risk of becoming infected, now twenty- one ears later all those living in the previously affected areas can live free of worry that the will be infected and suffer the horrible medical conditions of the past, and their children will never know of the disease and the infection. This success has come after a long fight against this disease that began almost 50 years ago with a black fly control program in 11 countries (including Niger) in West Africa known as the Onchocerciasis Control Program (OCP). Merck & Co donated the parasite killing drug ivermectin in 1987 and the Niger Onchocerciasis team has manage the complicated task of distributing this drug in over x,000,000 individual treatments in the x ears since the Niger program began. This enormous task, known as Mass Drug Administration, has been achieved by Dr Salissou and his team together with health workers, drug distributors in collaboration with the infected communities. This effort in recent years funded and supported with technical assistance by The End Fund’s Reaching the Last Mile Program (a Crown-Prince of Abu Dhabi legacy), as well as supported by USAID, Hellen Keller Foundation, amongst others.

This decision by Niger Advisory Expert committee activates a sequence of events that will, it is hoped and expected, lead to formal declaration of Niger being free of onchocerciasis transmission by the World Health Organisation. These official steps are those that four countries, all in Latin America, have previously followed when they all succeeded in eliminating transmission of this infection, and it full expected that Niger will become the fifth country in the world to achieve this important status, and as said above, the first in Africa.